Soirée performances à la Maison de la Poésie // 12 mai 2021 – 20h-21h

Avec Caroline Bergvall, Camille Blommfield, Mia Brion, Kiyémis

–> En direct sur la chaîne Youtube de la Maison de la poésie : Maison de la poésie – scène littéraire :  www.youtube.com/user/MaisondelaPoesie

  • Camille Bloomfield est franco-anglaise. Née entre les langues et élevée entre les pays, elle cultive l’hybridité dans sa pratique artistique comme dans son travail, mêlant les formes poétiques, et les supports. Ses explorations touchent aussi aux formes de diffusion de la poésie hors du livre : en performance, avec des musiciens, sur Internet, ou sur des supports uniques créés pour l’occasion. Elle a co-fondé en 2014 l’Outranspo (Ouvroir de translation potencial), un collectif consacré à la traduction créative et ludique, et est également membre du groupe italien l’Oplepo (Opificio di letteratura potenziale), deux « OuXpo » fondés dans le sillage de l’Oulipo, objet de sa recherche en littérature (elle enseigne à l’Université Sorbonne Paris Nord). Ses poèmes sont parus dans plusieurs revues (L’Intranquille, Chroniques errantes et critiques, Pratik, Mudlark…), sites web (Remue.net, Internet Exploreur, Zetmag…), et recueils de poésie (Drôles de Valentines, Héros-Limite, 2016, Paris, Dostoyevski Wannabe, 2019).
  • Caroline Bergvall est une artiste franco-norvégienne. Elle vit aujourd’hui en Angleterre, ou elle enseigne à l’Université de Southampton. Son travail embrasse un spectre très large de medium et techniques : elle dessine, réalise des installations (exposées dans plusieurs musées du monde, au MoMa, à la Tate Modern) et des performances audio-visuelles (Ragadawn, 2016 ; Oh My Oh My, 2017), et a publié six livres de poésie depuis 1996 (le plus récent, Alisoun Sings, a été publié chez Nightboat Books en 2019). Elle voyage et collabore avec de nombreux artistes, en Europe et en Amérique du nord, et son travail explore des formes d’écriture émergentes, à la croisée des arts et des langues. Elle a reçu le prix Bernard Heidsieck de littérature hors du livre en 2017.
  • Mia Brion est auteurice et performeuse. Elle sort diplômée des Beaux-arts de Paris en 2018. Dans la foulée, l’a la le est édité chez Théâtre Typographique. Cette balade-essai sur la poésie amoureuse met en jeu la reconnaissance que l’on a de rencontrer de nouvelles formes et personnes. Les poèmes surprise sonnet (Journal des Labos d’Aubervilliers), take me with you! (TRAM / Bétonsalon) et a name ore (éditions Suck Campari Dyke), sont trois des galeries souterraines transtextes d’un second livre à paraître bientôt. Dans Combien d’un nom es-tu contre toi, des sujets s’éclatent, se saisissent de rôles et / ou les jettent, d/sans une solution de continuité.
  • Kiyémis est une autrice, poétesse afroféministe et conférencière. Elle travaille sur la question de l’amour de soi, du body positive et la question du la place des afrodescendantes dans les espaces européens. Elle a écrit de nombreux articles dans des revues (Deuxième Page, Simonae), des sites d’informations comme Slate et Buzzfeed sur les questions féministes et de body positive. Ayant à coeur de véhiculer son message d’émancipation des normes et d’épanouissement des femmes, elle a participé à des conférences en France (ENS, Science Po) et à l’étranger (Institute of Radical Arts à Londres, université d’Edimbourg), et organise des ateliers d’écriture. Elle a publié en mars 2018 son premier recueil de poésie À nos humanités révoltées aux éditions Métagraphes, republié aux éditions Premiers Matins de Novembre. Après avoir participé à plusieurs ouvrages collectifs, elle est en préparation de son deuxième ouvrage.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search