Atelier de traduction poétique – arabe

Résidence poétique// Atelier de traduction arabe
3,4,5 mai 2021, 10-12h, Un lieu pour respirer (Les Lilas)
Animé par Emna Abroug et Nessrine Naccach

 

Levée d’ancre 

Cet atelier se veut comme l’occasion de travailler et d’échanger avec des personnes (universitaires ou pas) qui s’intéressent à la traduction littéraire. Il est co-dirigé par Emna Abroug et Nessrine Naccach. Son objectif est de traduire quelques textes d’une poète d’expression arabe : Joumana Haddad, et de la faire connaître à un public francophone. C’est donc une invitation à voyager avec une poète, un texte, une langue, une culture, et plusieurs horizons. Il vise aussi à appréhender la traduction comme un acte de création. Ici, une création collective, à plusieurs mains !

 

📢Infos pratiques 

  • Les trois séances auront lieu à Un lieu pour respirer (Les Lilas) sur inscription via ce lien :  https://framaforms.org/festival-poetesses-atelier-de-traduction-arabe-1619022532
  • En raison de la situation sanitaire, la jauge est limitée à 8 personnes.
  • Les traductions produites pourront faire l’objet d’une lecture lors de l’open mic prévu le mercredi 5 mai 2021, à 16h30.
  • Les textes à traduire seront communiqués par mail en amont, pour les découvrir.
  • Si vous souhaitez demander un coup de main à Internet, du wifi sera disponible.
  • Si vous avez des dictionnaires bilingues et des ordinateurs portables, n’hésitez pas à les embarquer dans cette aventure !

 

L’atelier s’articulera en trois temps

I. Marhaba/ مرحبا :

  • Mots d’accueil des participant.e.s
  • Aperçu et objectifs de l’atelier 
  • Brève présentation de la poète et de son recueil 

II. Traduisons à plusieurs !

  • La fabrique des traductions collectives.

III. Paroles et portraits de traducteur.ices : carte blanche aux « secondes petites mains1»

  • Les participant.e.s pourront, s’ils/elles le souhaitent, rédiger un petit texte -vraiment très court- pour témoigner de leur expérience !

 

Petite anthologie de textes à traduire 

Avec l’aimable autorisation de Joumana Haddad, nous vous proposons de traduire quelques poèmes tirés de son recueil ‘Awdat lilith.

 عودة ليليت، جمانة حداد/ Joumana Haddad, Le retour de Lilith, 2004.
‘Awdat Lilith est un recueil de poèmes publié en 2004 aux éditions An-Nahar (Beyrouth). Dédié « aux sept femmes qui [l’] habitent », il est divisé en quatre parties : Mubtada’ awwal, Mubtada’ ṯanin, ‘Awdaẗ lilith (qasīda), ‘Awdaẗ lilith (mašhad drāmī) et ‘Awdaẗ lilith (naṣ). Dans ce texte où se mêlent le vers libre, la prose et le théâtre, Joumana Haddad fait appel à la figure de Lilith – la première femme, l’ensorceleuse, la sorcière, la tentatrice- pour raconter, à la première personne, l’histoire de toutes les femmes, partout dans le monde. Ces femmes qui se réapproprient leur propre désir, leur pouvoir sur leur corps, pour aimer et être.

Les textes proposés :

  • مبتدأ أوّل / Mubtada’ awwal
  • مبتدأ ثان / Mubtada’ ṯanin
  • عودة ليليت- قصيدة / ‘Awdaẗ lilith (qasīda) :  Naṣīd salome ibnaẗ lilit
  • عودة ليليت – مشهد درامي/  ‘Awdaẗ lilith (mašhad drāmī) : Naṣīd nefertīti ibnaẗ lilit
  • عودة ليليت – نصّ/ ‘Awdaẗ lilith (naṣ) : Naṣīd belqīs ibnaẗ lilit

Pour en savoir un peu plus sur  la poète Joumana Haddad.

 

Pour aller plus loin…

Dans le cadre de cet atelier, nous accorderons une attention particulière à l’idée de la traduction toujours en cours de…, la traduction-brouillon, la traduction inachevable (J. Derrida). La traduction qui appelle les (re)traductions, les interprétations multiples. Le plus important est de discuter ensemble, de lire et d’interpréter les textes de manière collective, en essayant de répondre à quelques questions telles que : qu’est-ce qu’une « bonne » traduction? Qu’est-ce qui définit une traduction pertinente et valide ? Est-ce la transparence et l’exactitude (Walter Benjamin) ? L’effacement total des traducteur.ices (Philippe Jaccottet) ? L’étrangéisation de la traduction (Antoine Berman) ? « L’auto-perfectionnement linguistique de l’apprenti-traducteur2 » (Marianne Lederer)? Jusqu’à quel point «un projet de traduction3 » peut être autonome et singulier. Si l’on parle ici d’une traduction autonome, ce n’est pas pour dire qu’elle est une création égale à l’original. Au contraire, il importe de souligner le statut de «dérivé» de toute traduction, et de revendiquer- si possible- le droit des traductions à la singularité, même si toute traduction est ontologiquement seconde, et toujours un «d’après4». Par ailleurs, il ne s’agira pas de penser la traduction en termes de binarité : auteur vs traducteur, sourcier vs cibliste, original vs copie mais de voir dans quelle mesure une traduction, plus ou moins amatrice, pourrait se valider. Pour ce, on envisage non seulement de confronter nos traductions collectives à l’original, mais aussi à toutes les versions qui seront produites.

Cette rencontre/atelier-fabrique de traductions à plusieurs sera en sens, nous l’espérons, l’occasion d’approfondir nos connaissances théoriques et pratiques sur la traduction. Nous essayerons de vérifier le degré de validité et de pertinence des traductions. Chemin faisant, la théorie nous servira de lanterne (« une fenêtre5 » dira Ladmiral), notamment « les théories prospectives6 » orientées vers le sujet traduisant et valorisant la dimension artistique de l’acte de traduire qui n’est pas uniquement imitation ou adaptation, mais un véritable acte « intersubjectif7 », indispensable pour « le jaillissement d’une portion de vie8 ». La théorie accompagnera donc nos mouvements réflexifs, interprétatifs et traductifs mais notre expérience restera première9 !

Dans l’attente de vous retrouver et de travailler avec vous, nous vous laissons avec cette (très très) belle définition de la traduction par Antonio Prete :

📌

Traduire c’est transmuer une langue dans une autre langue. Un texte en un autre texte. Une voix en une autre voix.  Il y a, dans cette alchimie, quelque chose qui s’apparente à l’expérience amoureuse, ou du moins à sa tension : comment pouvoir dire l’autre de façon que mon accent ne le déforme pas, ne le masque ni le censure et, d’autre part, comment me laisser dire par l’autre de façon que sa voix n’évacue pas la mienne, que son timbre n’altère pas le mien, que sa singularité ne rende pas opaque ma singularité10.


📷🎼✨L’atelier en quelques images

Atelier de traduction poétique – Arabe // Jour n°1. De gauche à droite sur la photo : Zohra-Nesrine Zenani, Nessrine Naccach, Emna Abroug © Lénaïg Cariou

Traduction en cours -هاقد انطلقت رحلة التّرجمة رفقة الكلمات © Nessrine Naccach

Emna Abroug en train de consulter le dictionnaire © Nessrine Naccach

Nessrine Naccach, Zohra-Nesrine Zenina © Emna Abroug

Ateliers de traduction – anglais et arabe // Jour n°3 © Lénaïg Cariou


 

  1. François Ost, Traduire. Défense et illustration du multilinguisme, Fayard, 2009, p.179. []
  2. Marianne Lederer, Cahiers Champollion 9, La traduction aujourd’hui- Le modèle interprétatif, Lettres Moderne Minard, 2006, p. 117. []
  3. Ici, on parle de projet traductif non pas au sens bermanien mais seulement pour mettre l’accent sur l’état-brouillon/inachevé/en devenir de la traduction. []
  4. Antonio Prete, À l’ombre de l’autre langue. Pour un art de la traduction, traduit de l’italien par Danièle Robert, Chemin de ronde, 2013, p.34. []
  5. Jean-René Ladmiral, Traduire. Théorèmes pour la traduction, Gallimard, 1994, pp.90-91. []
  6. Inês Oseki-Déprè, Théories et pratiques de la traduction littéraire, Arman Colin, 1999. []
  7. Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Gallimard, 1984, p. 231. []
  8. Ibid. []
  9. Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Verdier, 1999. []
  10. Antonio Prete, À l’ombre de l’autre langue., op.cit., p. 9. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search