Questions de terminologie : Réponses

© Natacha Guiller

© Natacha Guiller

 

Rim Battal : J’utilise tout de même poète pour me désigner moi-même, parce que j’ai envie d’être poète…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Etant une femme cis, je n’ai pas eu à les questionner. Hormis sur l’absence flagrante du féminin dans le langage ou son utilisation péjorative dans certains contextes.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je ne le trouve pas particulièrement élégant : je dis plus volontiers autrice, par exemple. Je l’ai perçu pendant longtemps comme une sous-catégorie puis je l’ai utilisé simplement pour des raisons politiques, pour opérer une scission avec les pratiques masculines et patriarcales de certains milieux de poésie.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?J’utilise tout de même poète pour me désigner moi-même, parce que j’ai envie d’être poète, que mon être-poète écrase les poètes hommes, que poète devienne un mot féminin tellement il aura été occupé par des femmes. J’aimerais exclure les hommes de la poésie. Qu’ils s’appellent poét, s’ils le souhaitent. Je dis poétesse pour les femmes qui le souhaitent.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
J’ai été journaliste. Je suis photographe et artistes. Que des pratiques qui ont des mots épicènes pour nom. Et pendant longtemps, j’ai cru – à tort – que poète était un nom épicène également. Que poétesse était une invention sexiste pour disqualifier les femmes qui composent de la poésie, les reléguer dans une catégorie de seconde-zone, avec leur mystère et leurs fleufleurs ahaha . Je continue de dire poète pour me désigner et utilise poétesse quand je converse avec des femmes qui utilisent ce mot pour elles-mêmes.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Non, finalement je m’en fiche un peu me concernant. Les deux me vont.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Marine Riguet, Sandrine Cnudde, Emilie Noteris, Anne Kawala, Isabelle Lesquer, etc.


 Camille Bloomfield : Je le trouve très joli, esthétiquement parlant. J’aime entendre le féminin et cette terminaison en -esse m’évoque la “pécheresse”, ce qui est à la fois plaisant (par provocation) et ambigu…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Non.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je le trouve très joli, esthétiquement parlant. J’aime entendre le féminin et cette terminaison en -esse m’évoque la “pécheresse”, ce qui est à la fois plaisant (par provocation) et ambigu, bien sûr, et ou la “doctoresse” qui ne s’utilise presque pas mais qui est joli aussi. En italien, qui est une de mes langues de travail, “poetessa” est très courant donc ça m’aide à l’utiliser en français, mais je trouve que le mot est quand même connoté de façon assez désuète en français, parce qu’on l’utilisait davantage au début du siècle dernier, si je ne m’abuse. Il faudrait donc trouver un moyen de le re-moderniser.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je n’arrête pas d’alterner entre “poète” et “poètesse”. Par conviction féministe, je trouve cela très bien qu’on entende le féminin et par là qu’on le rende visible, mais je continue néanmoins, et bien malgré moi, à utiliser “poète” de temps en temps. Dans mes “bio” pour les performances ou les publications, je me débrouille pour contourner le problème et dire plutôt que je “fais de la poésie”, mais ce n’est pas tout à fait satisfaisant et j’aimerais trouver le courage d’utiliser plus facilement “poétesse” dans les conversations, sans avoir à commenter chaque fois l’usage que je fais de ce terme.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui. Je me désignais comme “poète” avant, et la réflexion sur auteur –> auteure –> autrice (dans l’ordre de mon cheminement et de ma pratique) m’a fait évoluer aussi sur cela. Je préfère autrice pour cette même raison de visibilité du féminin, en plus de la plus grande cohérence étymologique, et je l’utilise maintenant absolument sans difficultés. Donc j’imagine que ça pourra fonctionner de la même façon pour poétesse: encore un peu de temps et je devrais y arriver plus fluidement!

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Oui. Il faut que ce soit un effort collectif de banalisation et de re-modernisation du terme, sinon on n’y arrivera pas. Donc quand on me demande, je dis qu’il faut m’appeler “poétesse”, même si moi-même je ne suis pas encore exemplaire à ce sujet.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Bravo pour cette réflexion passionnante! Je suis sûre que le colloque pourra faire beaucoup pour avancer collectivement sur ce sujet.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Michèle Métail, Patrizia Valduga, Mariangela Gualtieri, Michelle Grangaud…


Katia Bouchoueva : “Poétesse” sonnait dévalorisant il y a encore quelques années, comme s’il s’agissait de nommer quelqu’un.e dont le travail ne pourrait être que spécifique aux femmes aux yeux de la société normée, sans dimension universelle…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
“Elle” dans la vie courante. Dans les écrits j’utilise souvent “nous”, “on”, “je” qui peut aussi renvoyer à d’autres voix.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Je n’ai pas de réflexion approfondie pour l’instant au sujet de l’utilisation de “elle” à propos de mon identité de genre, mais mon identité profonde est androgyne et je suis ouvertement lesbienne depuis de nombreuses années.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je l’accepte de plus en plus. “Poétesse” sonnait dévalorisant il y a encore quelques années, comme s’il s’agissait de nommer quelqu’un.e dont le travail ne pourrait être que spécifique aux femmes aux yeux de la société normée, sans dimension universelle. Nous nous étions nombreuses et nombreux pris.e.s dans ce piège de dévalorisation générale d’être femme et plus particulièrement dans les arts et la littérature. Les choses, les discours, la réalité sont en train de changer. Par conséquent, ce terme commence à avoir une connotation universelle. Toutefois, l’idée du terme “poète” comme terme neutre et non-binaire me plait aussi, comme l’idée de dire des hommes-cis qu’ils sont poétesses eux-aussi, c’est à dire ayant abandonné leur posture dominante.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Les deux termes me conviennent (poète et poétesse), je peux les alterner. J’aime aussi auteure et autrice

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Pas de réflexion particulière structurée.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Je n’y accorde pas d’importance, mais j’aime bien l’idée que l’on puisse nommer mon statut de façon différente.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Merci pour votre initiative !

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Laure Gauthier, Samantha Barendson, Florence Pazzottu, Hélène Sanguinetti, Christophe Manon (poétesse), Thomas Vinau (poétesse)


Béatrice Brérot : Je pense que le mot poétesse souffre (comme tout ceux qui ont été supprimés de notre vocabulaire, peintresse par exemple.) de l’inégalité hommes-femmes qu’on a bien du mal à abolir car la domination patriarcale est enracinée dans le moindre poil de notre cerveau.

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Je – il – elle – eille – eilles – nous – celles et ceux – celleux – aucun·e – quelques-un·es 

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui. Depuis le début de mes réflexions, je m’interroge sur les questions de genre. C’est pourquoi dès mon premier livre écrit entre juillet 1999 et août 2003, “de Sisco à San Francisco”, j’ai voulu brouiller les pistes en laissant un “je” masculin s’exprimer. Le brouillage fonctionnant certainement mieux lorsque je (Béatrice) performais, disais ce texte à voix haute.

 3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
J’ai commencé par ne pas aimer le terme “poétesse” à cause de la consonance mais franchement, il y a des mots beaucoup plus moches. “Confesse” par exemple. Pourtant ça ne vient à l’idée de personne de ne pas utiliser ce mot (enfin… pour celleux qui en ont l’usage). Je pense que le mot poétesse souffre (comme tout ceux qui ont été supprimés de notre vocabulaire, peintresse par exemple.) de l’inégalité hommes-femmes qu’on a bien du mal à abolir car la domination patriarcale est enracinée dans le moindre poil de notre cerveau.

 4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Depuis plusieurs années, me concernant et lorsque je parle de femmes poètes, j’utilise le terme poétesse. Alors même que je me questionne sur le genre et l’assignation au genre, le sexe avec lequel on naît et celui qu’on ressent, je pense que, à l’endroit de la domination masculine, c’est important d’affirmer non pas le sexe de naissance, mais celui de sa position sociale sans forcément augmenter l’épaisseur de ses lèvres au lipstick.

 5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui. Il m’a fallu plusieurs années pour déconstruire ce que la société, l’éducation et la langue m’ont transmis. Ma pratique s’en trouve tellement bouleversée qu’à l’heure actuelle je n’écris plus. Par contre j’ai créé avec Esther Saloma, une revue numérique qui interroge le genre et la langue en poésie : https://cnnlngs.blogspot.com.
La langue est très puissante. En tant que poétesse, je ne peux pas faire l’économie de cette réflexion. Ce serait irresponsable. Et puis quel terrain de jeu ! Pourquoi ne pas se l’approprier ? Inventons les termes de l’égalité femmes-hommes, imaginons, créons un autre futur grâce à la langue !

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique ?
Je reste souple parce que “poète” a un caractère épicène mais je corrige de plus en plus souvent si on n’utilise pas ce terme me concernant.

 7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Bravo pour tout ce travail et merci.

 8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Monique Wittig – Claude Favre – Paul B. Preciado – Maxime H. Pascal – Carolyn Cassady.


Mia Brion : Qui veut utiliser poétesse doit pouvoir l’utiliser, pour en réclamer une spécificité, une existence…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle / ielle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière ?
Oui, dans la mesure où ce ne sont pas ceux que l’on m’a assignés, et que j’ai commencé à écrire avec “il” qui était un je par défaut, persuadée que c’était ce que je devais faire étant donné que j’étais amab. Avec différents déclics, au fur et à mesure de lectures, et particulièrement via l’emploi de l’anglais (vivre dans un pays anglophone pendant un temps, être dans un contexte où l’on me demandait mon avis sur “mes” pronoms, des questions de traductions), j’ai abandonné cette assignation tant dans ma vie que dans ce que j’écris depuis plusieurs années. Quand il s’est agi de mon premier livre, l’obligation “pratique” de le publier sous mon deadname a fait que j’ai tout laissé avec des accords masculins un récit / poème à la première personne où il était pourtant sujet de formes (grammaticales) non-marquées selon le genre. Au moins cela rend compte d’une certaine fiction, ce qui à défaut d’être “juste”, est comme ça. Depuis je elle / ielle quand j’écris, parfois par évidence, d’autres où c’est une réflexion quand je sais que je veux situer une phrase.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Poétesse est une (des) déclinaison(s) “féminine(s)” de poète. Poète, terme dont j’étais heureuse de la qualité épicène, soit selon que ce soit une, un·e ou un, ne voyait pas sa déclinaison marquée. Qui veut utiliser poétesse doit pouvoir l’utiliser, pour en réclamer une spécificité, une existence, ne serait-ce que contre l’invisibilisation des personnes qui utilisent des pronoms / accords féminins dans leurs pratiques. C’est une question qui se pose particulièrement dans des langues où on accorde un article au mot auquel il est attaché. Je crois qu’il faut s’approprier / subvertir ces enjeux de grammaire très académique, surtout dans la mesure où cette dernière a œuvré pour un mépris, une absence de questionnement de ce qu’il y aurait de non-neutre dans le neutre idéal du masculin, mais neutre qui n’existe désormais que comme un fantôme qu’on agite pour faire croire qu’une langue ne reflète aucun problème.

Que ce soit celui du mépris des femmes dans l’histoire littéraire, ou dans les termes permettant de désigner une pratique littéraire spécifique. Ce qui me fait rire parfois, c’est que poète vienne de poeta, l’un des rares mots “masculins” de la première déclinaison en latin, qui est pourtant caractérisée par une omniprésence de mots “féminins”. Alors qu’en grec il y avait une différence de faite (le mot en tant que tel, et comment le décliner). Il y a une ambivalence dans “une poète” qui peut inquiéter comme ça crée une relation de joug à un terme masculin. Alors que j’ai très envie qu’il n’y ait que des liens consentis, ou dès lors qu’on puisse s’en affranchir et le clamer. Mais aussi peut-être de se distancier ou de problématiser ce terme poéte·sse, parce qu’il s’agit de faire / écrire / recueillir / mille autre verbes ou mille autres choses de la poésie, et je crois qu’il y a plein de façons de faire ça.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?J’aime bien (une) poète, poétesse, écrivaine, autrice, auteurice, autrix, traductrice, “elle écrit des textes [poétiques, autres, ø]”. Et pour les pratiques des autres, je suis hyper chaude pour utiliser les termes qu’iels désirent. Et que s’il s’agit de comprendre “pourquoi”, je serais ravie d’avoir cette discussion. Je crois aussi que j’aurai toujours une préférence pour “comment” plutôt que “pourquoi”. Genre la question “comment préférez-vous utiliser tel terme pour votre pratique” met en place plein de tensions, de liens, et je trouve ça coooool. Les termes des autres ont toujours été un plaisir à entendre avec leur pratique.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
J’ai souvent trouvé drôle et/ou difficile de dire : “je suis poète/sse” ou “je suis une poète/sse”. C’est un sujet verbe complément très très vague, et j’ai envie de pouvoir dire en une phrase quelque chose de plus précis / axé. C’était difficile aussi, avec la poésie comme pratique, de dire “c’est ce que je fais”. Alors que pourtant c’était mon focus. J’aimais bien le côté plus réservé de “je fais / j’écris des textes (voire “des poèmes”, plutôt que “de la poésie”). Mais de ne pas me satisfaire d’un terme, ou de m’autoriser à ce qu’il puisse proposer plusieurs définitions, m’a beaucoup plus convenu. Je crois que la poésie comme genre littéraire, ou la littérature comme catégorie organisée pose plein de bâtons dans les roues. J’ai trouvé que les personnes que je préférais / dont j’étais fan du travail, débordaient sur plusieurs termes.
Je trouve que c’est honnête de me trouver à l’intersection de plusieurs termes, et d’essayer de mouvoir une pratique là-dedans. Et elle-même change au fur et à mesure. Poète c’est ce par quoi j’ai commencé car j’étais pas satisfaite ou attirée par les autres termes, mais la redéfinition des autres termes amène aussi à une redéfinition du terme de base. Je ne sais pas si ça doit rester flou, ou s’il faut créer ses propres termes / outils ; mais l’injonction à être clair·e et catégorisé·e est peut-être l’une de celles les moins compatibles avec la poésie (?)

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Tout dépend si on me laisse la possibilité de dire quelque chose vis-à-vis de cet emploi, ou si l’on me demande d’ajouter quelque chose. Mais je trouve pertinent de voir comment tel·le ou tel·le personne approche ma pratique, et je suis très contente de voir quels rôles on me prête. Mais comme je suis dans une liste de termes qui se croisent, je crois que ce n’est pas un problème si on ne rentre pas dans ma spécificité de termes instantanément. Tant que je n’ai pas l’impression qu’on essaie de réduire / trop catégoriser, ça va. Je crois. J’accorde surtout de l’importance aux pratiques des autres, qui sont hyper influentes sur les miennes.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Eh beh ça en fait des choses racontées. J’espère qu’elles sont compréhensibles. Sinon, je veux bien apporter des précisions / reformulerions. Hâte de dépasser des questions de terminologie pour parler de choses vraiment ouf. En tout cas, merci beaucoup.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Sandy Stone, Star Wars, les pdf de théorie / studies, les discussions vnr sur la poésie, des comptes de memes, les fan made.


Cathou : Certes, ils sont genrés donc imparfaits. Mais ils hurlent aussi la réappropriation. “Nos” existences. “Notre” place. “Notre” art. C’est comme une affirmation de l’espace que nous occupons…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Genrage au féminin / parfois le neutre dans les écrits

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Évidemment ! De longue date et, je l’espère, perpétuellement en cours.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je l’adore ! Il y a quelques années, le terme poète me paraissait plus “neutre”.

Mais depuis que les chercheuses féministes ont mis en évidence la masculinisation de la langue française qui a mené à la disparition de mots comme autrice ou peintresse, je les ai adoptés. Certes, ils sont genrés donc imparfaits. Mais ils hurlent aussi la réappropriation. “Nos” existences. “Notre” place. “Notre” art. C’est comme une affirmation de l’espace que nous occupons. C’est un refus du pouvoir masculin. Un rejet des règles. Un désir. Un élargissement. Un décentrage. Une nécessité.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?

Poétesse.
Poéte.sse.s.
Parce que c’est une pratique. Une pratique féministe. Une pratique queer.
Parce qu’elle engage mon corps. Mon âme.
Parce que c’est un terme englobant.
Affront à l’autorité, il n’a pas besoin de se justifier. La pratique de lae poétesse est poétique parce qu’elle. Dans les mots, dans les images, dans les gestes, dans ce qu’yel veut, lae poétesse se nomme. Nul.le autre ne peut s’arroger ce droit. Yel est souveraine.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui, très fort. Quand je pensais que poète était “neutre” tandis que poétesse serait “péjoratif” ou “vieilli”, je me faisais toute petite. J’occupais peu d’espace poétique. Poétesse est un acte d’émancipation. Des actes. Un continuum. Une éthique.
Ma pratique a changé grâce au mot, sans doute bien plus que l’inverse.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Ça me touche. Ça sent bon l’adelphité. Ça me grandit. J’y accorde de l’importance depuis que j’ai constaté ce qu’il marque dans l’esprit des gens. Il s’aligne avec ma pratique et mon univers, davantage que “artiviste” par exemple. Poétesse résonne. Elle diminue la dissonance entre ce que j’essaie de transmettre et ce que les gens reçoivent.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha, Chani Nicholas, Lisette Lombé, Valiel Elentari, Phro Nox.


Murphy Chang : A poet can be anyone and anyone can be a poet….
1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
She / them, and I try to not use pronouns in my writing, and I try not to use pronouns in general!
2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?

That there are many things language is not precise about. (Is language precise about anything, really?)

3) Que pensez-vous du terme « poétesse » ?
For all of its imprecisions, this is one thing I appreciate about English. We only gender few nouns : countries and ships. A poet can be anyone and anyone can be a poet.
4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
 A “student of the language arts!” But with a dose of irony, of course. It is true in that I am a student of language(s) AND art(s) and “language arts” as a whole is a beautiful idea to me.
5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
 I think the term lends itself to infinitely more possibilities in practice and in form.
6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
 I wouldn’t know what else to call my work! Practice. “To practice” because it is never perfect. A practice as a noun. My practice is not easily categorized other than as “a practice” in “language/arts”. If someone finds a better way to describe my work, do let me know!
7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
 …..
8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Rosmarie Waldrop, Anne Carson, Theresa Hak Kyung Cha, and so many more!

Claire Finch : I, we, try to use “we” or something neutral as much as possible.
1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle, iel, she, her, they, I, we, try to use “we” or something neutral as much as possible.
2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui, c’est une forme d’interruption : les lecteur-ices bloquent toujours quand le pronom n’associe pas à l’expérience raconté, ou au registre.
3) Que pensez-vous du terme « poétesse » ?
Horrible! J’entends ogresse, princesse. Je le trouve presque offensif. J’ai un dégout physique quand je l’entends.
4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Poète ou auteur-e ou auteur-ice ou dans notre collectif, “autrix”.
5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Tous les autres choix semblent prendre de l’attention du travail.
6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Je veux que les gens utilisent les termes que je leur propose ; si on met “autrix” sur un truc de presse je veux que le-a journaliste ou representant-e du festival ou whatever utilise ce terme. Si iels ne savent pas quel terme utiliser, c’est bien de demander.
7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
 …..
8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…

Michèle Finck : “Poétesse” est un terme qui risque d’être à double-tranchant: un côté dit le féminin certes, mais l’autre côté risque de le caricaturer, si on ne fait pas attention…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Le pronom “je” (pour moi) et elle (pour une autre poète-femme).

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Non

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je n’aime pas beaucoup ce terme. Je ne le trouve pas beau. Parfois je le trouve même lourd, dissonant, voire parodique (dans certaines bouches) quand on l’emploie à mon propos ou à propos de poètes-femmes que j’aime.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Pour ma pratique personnelle et pour les autres poètes-femmes, je préfère tout simplement: la poète. Il est essentiel que la marque du féminin soit présente mais elle n’a pas besoin d’être si ostentatoire et lourde que dans “poétesse”. L’article défini au féminin, “la”, suffit. Au pluriel, comme “les” ne marque pas le féminin, je dis: “les poètes-femmes”.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui, il m’est souvent arrivé de critiquer le terme “poétesse”. Aucun changement à cet égard dans ma pratique: j’ai été toujours méfiante vis à vis du terme “poétesse” et j’ai toujours préféré “la poète”. L’insistance trop lourde sur le féminin dans le terme “poétesse” peut se retourner contre les poètes-femmes dont on parle et même contre le féminin (qui m’importe beaucoup bien sûr). “Poétesse” est un terme qui risque d’être à double-tranchant: un côté dit le féminin certes, mais l’autre côté risque de le caricaturer, si on ne fait pas attention. Vigilance s’impose…

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Oui, je trouve important qu’on dise à mon propos “la poète” et non “la poétesse”. Mais je fais bien sûr la différence entre l’emploi de ce terme par quelqu’un qui croit bien faire (et là je ne dis souvent rien) et quelqu’un qui en fait un usage parodique (et là je n’hésite jamais à critiquer).

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Je vous remercie beaucoup de poser cette question si importante et jamais problématisée jusque-là, alors qu’elle est discutable dans le meilleur sens de ce mot. J’attends beaucoup de votre enquête…

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Les poètes-femmes russes: Anna Akhmatova, Marina Tsvétaeva …


 Aurélie Foglia (ex Loiseleur) : Quand j’écris “je”, paradoxalement, je m’efface. Je deviens qui? Une voix de femme, lancée à tâtons dans les mots, à la rencontre du réel.

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
J’utilise le “je”, et le “elle”. Et le “je” qui s’efface en “je”, et le “elle” qui efface le “je”.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière ?
Oui, il ne va pas de soi de se “délocuter” en “elle”, surtout en poésie. Je dois dire que j’aime bien l’idée qu’il puisse y avoir des personnages en poésie, et faire vivre des instances à distance du “je”. Et pour moi qui creuse la notion d’impersonnalité, le “je” non plus ne va pas de soi. Disons que je mesure tout l’écart et la métamorphose en cours entre le “je” de tous les jours et le “je-qui-parle” dans le poème, détaché de mon corps, et qui est pourtant ma voix. Quand j’écris “je”, paradoxalement, je m’efface. Je deviens qui? Une voix de femme, lancée à tâtons dans les mots, à la rencontre du réel.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Poétesse, j’avoue que je ne suis pas fan. Je crois que c’est parce que je travaille beaucoup, en tant que chercheuse, sur le XIXème siècle, et le terme “poétesse” pour moi est un peu trop connoté “atelier de couture” et “guirlandes de fleurs”, féminin un peu gnangnan, “bas-bleu” dirait Barbey d’Aurevilly. Même s’il me semble qu’il marque dans le même temps une surrection, une affirmation du féminin dans la langue et sur la scène littéraire de ce temps: il dit littéralement que la femme-poète existe, il l’affiche, il le proclame en la dénommant. Pour moi-même, j’ai toujours préféré me revendiquer poète, une sorte de neutre qui permet de respirer hors de l’étiquette sexuée, sexiste. Cela faisait de moi potentiellement l’égale de poètes-hommes, ma voix n’était ni plus faible ni plus forte, elle n’était pas affectée ni restreinte par le fait d’émaner de ce moi féminin. Bref, oui, “poète”, j’ai tranché ce dilemme dans ce sens, dès le début. En préférant le terme allégé, à la fois de sa terminaison et de son histoire, de ses couronnes lyriques lascives et des quolibets associés. Un mot nettoyé, c’est un bon vecteur d’invention: une appellation qui est un appel d’air. En tous cas, “poète” ou “poétesse”, pour moi, ce n’est pas qu’une simple question d’étiquetage (qui serait superficielle, donc superflue), il y a, je le sens, de vraies implications et des conséquences, ne serait-ce qu’en termes d’image, de représentation qu’on donne de soi et qu’on reçoit. Attention, je ne suis pas une terroriste de l’expression: “poétesse”, ça se défend, et je tiens à préciser que je respecte parfaitement toutes celles qui portent ce beau nom – et je ne les crois pas anti-modernes pour autant! (Par exemple j’aime beaucoup “La poétesse”, le livre de Liliane Giraudon chez POL, et elle a choisi poétesse, pas poète.)

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?Maintenant quoi? Je me dis poète, plutôt que poétesse, c’est clair et net. Sobre. Et intuitif. Quand j’y réfléchis, je crois que je n’ai pas envie de m’encombrer de cet assez lourd suffixe. Je présente également mes consoeurs comme des “poètes”, quand je parle d’elles: il me semble que c’est le terme actuel, contemporain, qui vise une reconnaissance de la voix poétique hors précision sexuée. Ce n’est pas très juste, quand j’y repense, car je me dis “romancière”, jamais “romancier”. Je ne sais pas très bien pourquoi j’achoppe sur le féminin “poétesse”, peut-être déconcertée par son accent qui part brusquement dans l’autre sens. Ou, si ça se trouve, par la rime avec “fesse” ou “déesse”? (je plaisante à peine…)
Je rencontre en revanche le souci avec “écrivaine” (quand je l’emploie j’entends beaucoup le mot-dans-le-mot, “vaine”, à la fin). Quant à auteur/auteure/autrice, ça me fait un peu peur, parce que comme un enfant dans certains cas je ne sais plus très bien ce qu’il faut dire (de toute façon, en raison de cette part de protestation/provocation qui entre dans la poésie, j’aime bien dire ce qu’il ne faut pas…). J’ai entendu des gens, y compris des gens-femmes, qui ne supportaient pas le mot “autrice”, au point de se mettre en colère, mais qui voulaient en revanche qu’on emploie “auteure”. Je préfère en tous cas employer une de ces formes au féminin. “Autrice” ne me fait pas peur, loin de là, surtout que ce mot pour moi fait écho à “lectrice”, j’aime bien. Mais ce que je préfère par-dessus tout, c’est ce flou onomastique, cette absence d’appellation fixe, qui me renvoie aussi à ma propre identité fluctuante, puisque dans ma vie il m’est arrivé déjà de changer de nom (de ne plus savoir comment je m’appelle, littéralement). Cette expérience ne laisse pas indemne… J’avais l’impression que c’était là une façon de vivre cette étonnante plasticité de la femme qui, aussi bien sur la scène sociale qu’à l’intérieur du poème et de l’expérience poétique qui la dépossède d’elle-même, ne s’appartient pas tout à fait, qui peut prendre le nom d’un autre et accueillir en elle tous les noms, s’effacer sous un nom et puis renaître sous un autre, poreuse, réceptive, appelée ceci ou cela. Poète, ce serait cet autre en moi. Ce serait au fond une sorte de pseudonyme collectif, extensible à l’infini. Nom d’emprunt anonyme qui suffit à signer, à signaler une voix comme poésie. Après, on creuse.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Non, c’est toujours “poète”. Mais ce qui est frappant, c’est que je l’entends toujours davantage au féminin, avec son “e” muet à la fin. La poésie, le genre entier est au féminin… Avec le temps, il m’apparaît que je suis sortie d’une acception neutre, pour aller vers une découverte du féminin qu’il y a, impliée dans le nom “poète”. Je me suis demandée de plus en plus souvent en quoi ma poésie pouvait avoir quelque chose de spécifiquement féminin, si c’était le choix des sujets, un rapport épidermique au monde, ou certaines inflexions de la voix. Bref ce qui faisait de moi une poète au féminin, en-dehors de mon corps ouvertement féminin, je veux dire dans le corps même de mon écriture (sachant que j’écris de tout mon corps, aucun doute à ça). Cette réflexion reste ouverte.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Parfois en me présentant avant une lecture publique on m’a demandé si je souhaitais qu’on me dise poétesse ou bien poète, j’ai répondu sans hésiter: poète. Et il m’est même arrivé de rectifier, une fois, après qu’on m’a présenté comme poétesse, bien sûr doucement et sans vouloir blesser personne. Parce que tout le monde hésite dans le langage, et on sait bien que c’est quand un mot se dérobe qu’il regorge justement de sens, et que c’est là, à n’en pas douter, que c’est le plus intéressant. Donc j’aime beaucoup cette oscillation, ces choix contradictoires: est-ce que si ce qui sort de moi, c’est une écriture-femme, je dois me déclarer poétesse, en employant le terme au féminin, ou bien au contraire adopter le terme générique, qui a tendance à gommer cette forme féminine grosse de toute son histoire?

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Giraudon, Flaubert, Woolf, Raphoz, Baudelaire, Vinclair, Portugal, Michaux.


 Laure Gauthier : Je disais “poétesse” et on me regardait comme si je parlais d’une poésie pour femme démodée…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Je les utilise tous dans la vie et dans mes écrits, j’ai inventé ‘jl” (je et il); nil et nelle et aussi “ilelle”

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui. ma poésie est fondée sur la polyvocité, sur l’écart qui rend vigilant et le polyperspectivisme. La question du genre n’est pas la question centrale mais une des questions à l’œuvre, une des vigilances à maintenir. De même que l’écart entre ce qui est incarné et objectif, de même que les failles en nous. Ainsi dans “kaspar de pierre” (La lettre volée, 2017), l’écart entre “je” et “il” était important le “jl” ou l’effacement du pronom, remplacé par du blanc. Dans ‘”les corps caverneux” qui va sortir en septembre 2021 chez LansKine, à la section “désir de nuage” le flottement entre “il” et “elle” est maintenue 2 fois en “ilelle”, une autre fois en “nil et nelle” pronoms inventés. C’est sporadique, pas systématique, de petites entailles dans le discours. Je ne fais qu’écorcher l’usage commun, j’abîme très légèrement à quelques endroits cet usage, sans systématisme aucun, comme des blue note qui viennent poser des questions.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je suis partagée. J’ai beaucoup vécue en Allemagne, et jamais cela ne posait de question de dire “Dichterin”, Lyrikerin. A mon retour en France, j’ai eu l’impression d’un recul. Je disais “poétesse” et on me regardait comme si je parlais d’une poésie pour femme démodée. Bien sûr je rêve du neutre à l’anglais, mais la langue française n’est pas neutre. Alors j’avoue ne pas avoir d’usage systématique. Autant je dis autrice systématiquement, autant j’oscille entre “poétesse” et “poète”, j’emploie les deux en fonction de contextes. “poète” s’est imposé chez la plupart des femmes poètes et il m’arrive de dire “femme poète”. Pourtant quand on dit “poète” à un homme on n’imagine pas une poésie pour homme. Donc l’on devrait pouvoir employer la forme féminine tout en ayant en tête “la poésie”. Le plus souvent je dis “j’écris” ce qui porte l’attention sur l’écriture et moins sur la personne.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je préfère pour moi la neutralité et dire “j’écris”. Ne pas m’auto-qualifier. Mais quand je le fais, je peux dire “poète”, “poétesse” et “autrice”. Je ne déteste pas le terme général d'”écrivaine”. Dans le débat pour “auteure et autrice”, je défends fermement le terme d’autrice étant le seul valable : on a pu dire “actrice” car dès le début du cinéma, il y avait des femmes actrices, comme des factrices et des institutrices. Il faut donc rendre audible et nécessaire le terme “autrice” que j’emploie aussi à l’université et cela fait grincer encore les étudiantes aussi qui ne l’emploient presque pas. Je défends ce terme toujours, refoulé comme le fait que les femmes écrivent était refoulé. Les termes “poétesses” et “autrices” dont grincer uniquement parce que la production littéraire des femmes était et reste moins considérée. Beaucoup de femmes veulent le soit-disant “neutre-masculin” car c’est à lui qu’on associe la littérature dite sérieuse. La France est l’un des seuls pays a penser ainsi. Les langues qui ont une forme féminine, je pense à l’italien, à l’allemand, n’ont pas de mal à féminiser le nom des écrivaines, sans avoir l’impression de rabaisser ou de féminiser la production écrite des femmes poètes : en disant “institutrice” ou “directrice” on n’a pas l’impression que la femme dirige une école de femmes. Il ne serait venu à l’idée de personne de dire de Nelly Sachs ou de Ingeborg Bachmann “Dichter” au lieu de “Dichterin”. Il persiste en France une misogynie dans le milieu de l’art qui par chance tend à s’estomper toujours plus et c’est heureux. Bien sûr, s’il y a des résistances pour ces noms, c’est qu’il y a des résistances ailleurs, dans la perception. On le voit quant à la diffusion des œuvres des poétesses. C’est nettement moins marqué dans la prose : là encore c’est historique.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui bien sûr. Toute cette réticence est historique : on a associé les femmes à la nature du fait de leur biologie et de leur utérus. Ce n’est pas une vue de l’esprit. Or, dans une société rationnelle, depuis la Renaissance, de façon renforcée avec les Lumières, ont a chassé les femmes des fonctions les plus nobles de l’écriture. les a laissé au “particulier” : l’écriture épistolaire, avec interdiction d’écrire des tragédies, etc. Le droit d’écrire un doctorat, le droit d’écrire un roman est venu ensuite. Les écrivaines de prose ont une plus longue histoire, on laissait le “roman” et les “sentiments” aux femmes. Toujours cette idée que les femmes sont plus liées à la nature. C’est pourquoi grâce à Collette et à d’autres le terme “écrivaine” ou “romancière” choque moins car on associe davantage historiquement les femmes à la prose. La poésie, comme la musique instrumentale, était considérée dans tous les traités d’art du XVIIIe comme l’art le plus “pur”, le moins “matériel”, le plus éloigné des sens. Il en reste quelque-chose. Souvent c’est inconscient, mais c’est cet héritage rationaliste qui fait que la poésie est l’art littéraire où les femmes ont le plus eu de mal à être reconnues, acceptées, éditées, invitées. On peine à imaginer une pensée poétologique chez les femmes, toujours peu invitées dès lors qu’on parle “théorie de la poésie”. Les femmes poètes anglaises, allemandes et américaines ont été beaucoup plus vite lues et reconnues car, dans la société la question du genre était plus avancée. J’ai entendu en France, il y a peu, des personnes dire que mon éditrice LansKine “n’éditait que des femmes” mais personne n’aurait pensé dire de tel ou tel éditeur “il n’édite que des hommes”… et si une femme avait dit cela, on l’aurait qualifié d'”hystérique”. Et si on parle de cela, on risque toujours d’être dévalorisées. C’est pire chez les compositrices. J’ai fait cours deux ans à l’IRCAM devant 10 hommes. C’était en 2018. On me disait que les femmes maîtrisaient moins l’informatique jusqu’à ce que Philippe Langlois, directeur de la pédagogie intervienne, cette année il y avait 4 femmes sur dix. Nous sommes dans une période de bascule, et l’attitude conjointe d’hommes et de femmes aide considérablement à améliorer tout cela. Heureusement, cela évolue chaque année. Je remarque quand même que l’apport poétologique des femmes, la réflexion sur la tension entre poésie et vers, entre le lyrisme et l’objectivisme, etc, toutes les questions poétologiques sont d’abord valorisées chez des auteurs hommes.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Oui. Je dois dire qu’en général aujourd’hui les institutions nous demande ce que l’on veut. C’est récent et c’est heureux. Alors je précise.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Marie de Quatrebarbes, Lucie Taïeb, Séverine Daucourt, Katia Bouchoueva, Frederique Cosnier, Perrine Le Querrec et bien d’autres


Natacha Guiller (SNG) : « Femme de lettres ». C’est de loin et parmi tous mon intitulé préféré…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ? voir ci-dessous (la place me manquait)
Je crois manipuler tous ceux qui sont à ma portée et présents à ma connaissance ; si certains venaient à me manquer, je les invente. J’ai une grande passion pour la langue française, aussi un grand respect pour ses mécanismes, lois et foyers d’exceptions aberrants. Je n’ai aucun scrupule à lui apposer des excroissances, en ces creux qu’il m’incombe de déceler, de soutenir, ou dont j’aurais besoin dans l’immédiat.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Naturellement, je suis la première à m’en étonner, à m’interroger « où avais-je la tête en écrivant cela ? » ; je suis mon premier analyste avec toute la souplesse qu’il convient d’adopter face à des écrits bruts, des mots jonchés par son et par moins mauvais sort, entre deux rames de métro. Quand certains y verront l’accès médiumnique dans la chair des langages prophétiques à multiples strates de sens et de sensations, d’autres conjecturent en sous-couche chez moi des failles orthographiques trahies par une audace déplacée dans sa quête invertébrée de la rime bancale.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
À première ouïe, je n’aime pas sa sonorité, sa pâte et sa durée. Toutefois réitéré en scat – intempestif – il en deviendrait presque amie.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je ne privilégie aucun terme par rapport à un autre sur ce que je fais donc j’essuie un cumul de termes qui donnent lieu à l’étiquetage social, hélas. En d’autres termes, je bricole peut-être aux appendices d’une phrase qu’on soufflerait en réponse éprouvée à ce que je débite. Je n’aime pas tellement les poètes de mon époque, disons ceux – et celles – qui « en sont ». Parce que j’entends tous ces bruits, que le sens vienne ou non me les décrypter, qu’ancrés au bic, on m’annoncerait insatiablement poéte-sse, j’ai dès lors tout le temps faim d’écrire des trucs amers en dehors ; le ressassement d’autrui me brûle la gorge or je plane avec deux douzaines d’années mutiques.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Aucune, sinon le titre qu’on me demande de porter en période colloque & festival. Je m’accorde à mes hôtes, qu’iels s’annoncent féministes, bipolaires ou pro-pigeolins. Je retiendrai néanmoins du poète – joggeur et pianiste – Christophe Hanna de m’avoir un jour annoncée en tant que « femme de lettres ». C’est de loin et parmi tous mon intitulé préféré.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Si je n’y accorde pas nécessairement d’importance, il me permet de la bouche de celui ou celle qui l’emploie, d’évaluer la personne en face, son bagage social, culturel, sa formation, ce en quoi elle s’engage, et, selon le ton, le timbre, son degré de conviction, sa foi ou son potentiel ironique, sa bêtise.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
De toutes les façons, ces histoires d’écriture inclusive m’auraient causé beaucoup de soucis à l’école ; il fallait s’en barrer au plus vite et ne plus rendre des écrits à rallonges. D’ailleurs, quand je repasse mes fringues sur une toile inversée, le câble électrique se vrille comme pour signifier l’intérêt d’effacer tout ce qui chez moi ne se lissera jamais vraiment. J’ai de mon point de vue largement débordé du quart d’heure préconisé autour de la « poétesse », ce qui probable m’en embarrasse d’office. On ne choisit pas ses mots d’entrée de jeu mais on les réemploie à l’évidence sous forme d’écolo-dialogue en boomerang.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Il crèche sur mon étoile insomniaque Klô Pelgag, Temple Grandin, Eun-Me Ahn, Lisa Simpson, Marion Laval-Jeantet, Pomme, Tracey Emin, son chat et la Mère Michel, Anne Dufourmantelle, Joan Baez, Nessie.


Marilyn Hacker : Qu’on m’appelle une poète, voire un poète ? Oui !

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Moi, je, elle, en français, “I” et “she” en anglais, أنا ، هي en arabe

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Non et oui — existe-t-il une langue ou il y a un pronom spécifique aux enfants, par exemple ? Ou aux vieux ?

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
“Beurk”. En français, parce que c’est une sorte de “double féminin”. La plupart des substantifs qui termine en “e” sont identiques pour le féminin et le masculin — “élève” est la meilleure exemple. Il me fait penser au mot “négresse,” qui est rejeté, bien entendu , par les Noires — à cause de son histoire aussi, d’une double domination, et parce que le mot “nègre” est une insulte tout seul. “Poète” ne l’est pas encore , quoique, parfois, en France …..

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je suis une poète, une traductrice aussi, parfois une éditrice ou directrice de publication d’une revue littéraire; ou membre (voilà un mot qui termine en “e” — et “membresse” n’existe pas, heureusement ) d’un comité de rédaction.Si quelqu’un préférait dire que je suis “un poète,” ça ne me gêne pas. Mon médecin traitait est une femme elle aussi.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Ce n’est pas quelque chose sur laquelle j’ai beaucoup réfléchi . Bien entendu que je me rappelle de la critique élogieuse écrite par Robert Lowell sur Sylvia Plath , où il écrivait “certainly not another poetess…” Mais c’était dans une autre langue.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Qu’on m’appelle une poète, voire un poète ? Oui !

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Il n’y a pas assez de place dans la question 8 pour inscrire tous les noms que je voudrais !

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Adrienne Rich, .W.H. Auden, Mahmoud Darwiche, Jean Sénac, Marie Etienne.


Kiyémis : Poétesse m’évoque Audre Lorde, Angela Davis. Poétesse me rapproche d’une vision de la poésie où je me retrouve plus à vrai dire, où je me sens légitime d’apparaître…
1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
 Elle. J’avoue que je ne me suis absolument pas posée la question.
3) Que pensez-vous du terme « poétesse » ?
Je l’utilise pour me définir. J’ai immédiatement traduit «poète femme » par poétesse, et je n’ai pas réfléchi, ça me
paraissait évident. C’est ensuite, en recevant certaines réactions que je me suis rendue compte que ce n’était pas un terme si utilisé que ça, que les gens avaient plus l’habitude de voir et lire le mot « poète ».
4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Pour ma propre pratique, j’utiliserai le terme poétesse. Pour celles des autres, je m’alignerai sur le mot qui leur convient mieux. Être genrée au féminin est important pour moi, déjà parce qu’en tant que femme noire, l’idéal féminin ne me ressemble pas. Utiliser elle, c’est un peu comme une reconquête de ce que ça veut dire, le féminin. Et dans cette optique, utiliser « poétesse » pour moi c’est réinvestir ce qu’est la poésie. C’est me faire un peu de place dans un monde que j’ai longtemps considéré comme excluant.
5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Ma pratique étant encore récente (je publie seulement depuis 2018), je ne sais pas si cela changera I d’ici 15 ou 20 ans ! Mais
j’utilise autrice donc poétesse semblait tomber sous le sens.
6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Oui. Je préfère poétesse. Je n’arrive pas à concevoir d’alternative en ce qui me concerne. Poétesse m’évoque Audre
Lorde, Angela Davis. Poétesse me rapproche d’une vision de la poésie où je me retrouve plus à vrai dire, où je me sens légitime d’apparaître.
7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…

Sophie Loizeau

  1. Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?

Dans ma poésie, et dans la vie courante de plus en plus, j’utilise les pronoms al / als / ials (à la place du neutre il / à la place de ils / à la place de eux).

al fut un temps est une réponse
motivée par rapport à la question de la prééminence du genre (In Caudal, Flammarion 2013)

entre ials c’est la force des aimants
als jouissent dans leurs mains dans leur bouche
se retrempent au cœur de leur vieille amour  (in Féerie, Le lai de Vibrisse, Champ Vallon, vient  de paraître)

Pour le pronom personnel lui (COI), toujours au masculin, j’ai proposé de le remplacer par la lorsque qu’il se réfère à un nom féminin comme dans :
on la la arrache. il n’y a pas d’objet à chercher
en dehors d’elle, pas de contexte elle est son propre objet qu’on saisit
à elle-même (in La Femme lit, Flammarion 2009)

elle a les yeux salés par la mer, je les la lèche – je le fais, l’écriture le fait, lécher Nina aux yeux pour adoucir le sel (in Caudal)

Et j’emploie l’écriture inclusive avec la barre. La barre souligne mieux, je trouve, l’équivalence absolue masculin / féminin :
Als sont émerveillé/es.
J’utilise par ailleurs la règle de Favre de Vaugelas, accord de l’adjectif avec le dernier nom : Des hommes et des femmes belles, et lorsqu’il y a un homme et deux femmes dans une pièce, je dis elles. Als, si je suis courtoise.

  1. L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière ?

Al pour il, vrai neutre dont j’ai senti la nécessité très tôt. Je l’ai créé en 2008, lorsque je commençais Caudal, dernier volet de la Trilogie de diane. Je l’ai vu utilisé depuis.
Als [al] pour il et elle ensemble (Féerie et Les Epines rouges), pluriel équitable construit sur al. En 2007, au début du Roman de diane, second volet de la Trilogie (Rehauts), je m’essayais à trouver un pronom personnel qui puisse endosser il et elle, idem pour eux.
Ials [jal] pour eux, dérive de eals [eal] (Féerie) obtenu à partir du pronom de rappel latin ea (au neutre pluriel) et de al. A l’usage, j’ai opté pour ials, plus facile à dire. Cette réflexion sur la visibilité du féminin dans la langue a pris forme dès 2001 avec le début de l’écriture de La Nue-bête (Comp’Act 2004 / L’Amandier 2013).
Mon tout premier essai d’écriture inclusive* se trouve à la fin du livre :

Que chacun chacune ici en soit remercié/e

 *Plutôt qu’écriture inclusive, je préfère dire pluriel équitable ou écriture explicite puisqu’elle sort le féminin de l’implicite où il était maintenu jusque-là ; avant c’était le contexte qui permettait de déceler le féminin sous le masculin…
J’ai toujours pensé le féminin non pas comme exclu, mais comme caché, caché à la vue, à la langue elle-même – voire écrasé, fondu dans le grand tout masculin. L’en sortir a été tout l’enjeu de ma Trilogie de diane.
Réflexion que je n’ai cessé de poursuivre et d’affiner depuis.
En 2004, je commençais d’écrire le premier volet de la Trilogie de diane, La Femme lit, trilogie féministe qui avait pour projet de renverser la suprématie du masculin dans la langue, d’outrer le principe, de dénoncer l’arbitraire du signe. J’ai appelé grammatisation ce processus de renversement systématique.
Ce livre est  un manifeste.

  1. Que pensez-vous du terme « poétesse » ?

Trop sexuée à mon goût. C’est à cause du -sse, triomphe de la féminité comme dans enchantere-sse, prince-sse (dans notre culture, dans notre langue il y a toujours un préexistant, un modèle de base à partir de quoi décliner, et il est masculin). Poétesse est trop connoté, hélas, c’est dommage parce que ce mot est magnifique, il renvoie trop à l’ultra féminin et au dilettantisme, or la poète est avant tout… poète. Ce e ni mâle ni femelle est une bénédiction. Al poète, est le fin du fin de la fluidité queer.

  1. Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? Pour celle des autres ? Pourquoi ?

La poète, l’auteure, l’autrice, l’écrivaine (ou l’écrivain), de toute façon c’est vanité à la fin pour les deux sexes, la peintre, la musicienne, la plasticienne… Il est important de différencier pour faire exister l’autre dans la langue. D’accord pour créer le mot s’il n’existe pas, ou s’il a disparu (autrice). Je trouve important de mettre De la même auteure (ou De la même autrice) dans un livre – La Nue-bête inaugure cela – au lieu de Du même auteur.

  1. Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?

 Le terme poète s’est imposé à moi dès le départ comme étant le plus égalitaire, le plus adapté, le plus juste, et ça n’a pas changé.

  1. Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique ?

Je préfère, en effet, que l’on utilise ce terme concernant mon art.

  1. Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

Merci mille fois pour ces questions pertinentes !

  1. Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…

Pêle-mêle, parmi les vivant/es et les mort/es : Françoise Clédat, Joseph Guglielmi, Marina Tsvétaïeva, Sylvia Plath, Marie-Claire Bancquart, Marguerite Yourcenar, Liliane Giraudon, Pierre-Jean Jouve, André Pieyre de Mandiargues, Marguerite Duras, Anne-Marie Albiach, Colette, George Sand, Jean-Loup Trassard, Stéphane Mallarmé, Rainer Maria Rilke…


Hortense Raynal : C’est le féminin de poète. Les féminins en _esse datent du Moyen-Âge.

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
C’est le féminin de poète. Les féminins en _esse datent du Moyen-Âge. On a gardé hôtesse et maîtresse, mais pas ministresse et docteresse. Comme par hasard.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?Poétesse.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui, non j’ai toujours dit poétesse car je suis une femme et que je souhaite être représentée dans ma pratique. Et, au fond, rien de plus simple. C’est le féminin de poète et poète est le masculin de poétesse. Point barre. Rien de plus normal lorsqu’on se considère femme que de féminiser son nom de pratique d’artiste.On pourrait inventer plein d’autres termes pour les non binaires. Iels en ont d’ailleurs peut-etre inventé et je serais très curieuse de les découvrir ; et elleux, de les écouter.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Oui, énormément d’importance.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Que vivent les poétesses.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Camille Loivier, Lisette Lombé, Laurence Vielle.


Lucy Ives : Writer. I dislike unnecessarily inserting genre into my activities and that of others…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
She/her/hers

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Not really. I use them out of habit and convention and sometimes wish that the pronoun “they” would work for me, but I fear I am too old to adopt this nomenclature now. Somehow I think that had this been an option when I was a college student, I would have made use of it. That (past) version of myself would have found it a huge relief. Alas, most of my life has been spent conforming to “she.”

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
In English, this term seems ridiculous. I don’t write that to appear superior! It just seems to have fallen away along with the nineteenth century, perhaps happily.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Writer. I dislike unnecessarily inserting genre into my activities and that of others (see my writing on Madeline Gins).

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
I began writing with an interest in poetry (and wrote poetry almost as soon as I could write, as a young child). The term poet was always embarrassing to me, however, and I would often apologize and feel humiliated if someone called me a poet or if I had to explain that I wrote poetry. Later, my interest in sentences rescued me from this predicament, but I still recall these moments with sadness and an acute memory of the shame I experienced.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
See response to question 4.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…


 Michèle Métail : Je n’ai jamais attaché d’importance au fait de me qualifier, en revanche j’ai toujours revendiqué le terme Poésie pour désigner mon travail. J’emploie souvent le mot poète…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Ceux qui conviennent à ce que je souhaite dire, sans préjugé

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Ils sont employés selon la nécessité du texte

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Il n’est pas très euphonique, je lui préfère le poetisse de l’ancien français

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je n’ai jamais attaché d’importance au fait de me qualifier, en revanche j’ai toujours revendiqué le terme Poésie pour désigner mon travail. J’emploie souvent le mot poète. J’avoue avoir déjà demandé que l’on change dans un programme le mot auteure, que je trouve insupportable avec cette accentuation forcée du e final ! Autrice est bien plus agréable à l’oreille.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Il a un côté universel qui me convient, proche des équivalents dans plusieurs langues étrangères. Il y a trois ou quatre ans j’avais décidé d’employer le terme Travailleuse du texte, mais quelqu’un m’a signalé que ce néologisme était déjà utilisé par – au moins – une autrice, je l’ai donc abandonné

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Non, une fois encore c’est le texte qui prime et non la personne

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…


 Sandra Moussempès : Autrice, poétesse, poète, cela me va. J’ai plus de mal avec auteur ou auteure. Ecrivaine aussi me convient même si c’est moins joli…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Je. Elle. Il.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui, car parfois le “Je” est un “Elle” parfois le Elle pourrait être un Il tant le passage genré n’est pas toujours déterminé dans mon travail notamment lorsque la personne en question n’est ni homme ni femme ou les deux à la fois ce qui se présente dans certains de mes poèmes. À l’inverse certaines figures féminines doivent inorexablement passer au masculin (qui ‘l’emporte” si j’y accole un autre nom masculin). Je pense à mon nouveau livre Cassandre à bout portant avec un poème sur une femme qui n’est ni une femme ni un homme. Cela ne se pose pas dans la langue anglaise qui a une forme de genre “neutre”.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Il me convient. Je le trouve important même si je sais qu’il pleut déplaire à certaines. Poète femme me convient aussi. Car poète à un “e” en fin de mot. Il est donc identifiable comme le sont les noms et adjectifs en italien par exemple, une des langues où sont systématiquement féminisés les noms comme professoressa, dottoressa, etc.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Autrice, poétesse, poète, cela me va. J’ai plus de mal avec auteur ou auteure. Ecrivaine aussi me convient même si c’est moins joli.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Sans doute depuis quelques années, avec des préoccupations plus féministes qu’autrefois, concernant la langue attribuée aux femmes. C’est important pour moi au même titre que la perception féminine d’une femme (la mienne, sur d’autres femmes et sur le féminin) me semblent bienvenue après des siècles de perception d’hommes sur le féminin..

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Disons que je le fais remarquer, par exemple j’essaye au maximum que le mot autrice soit indiqué dans un livre comme “de la même autrice” ou autre.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Je dirais que la vision de l’homme sur le féminin a pris vraiment trop de place, il est temps de rétablir une perception féminine du féminin même si bien sûr, et c’est mon cas ce féminin est totalement différent d’une femme à l’autre, je veux en tous les cas faire entendre ma voix sur cette perception qu’il s’agisse de la sphère amoureuse, intime, familiale, sociétale. ET non qu’on parle à ma place.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Emily Brontë, Emily Dickinson, Sylvia Plath (dont je proche via mon entourage), Cindy Sherman, Mary Shelley, Marina Abramovic.


Netilia : Je me définis comme une personne pratiquant l’écriture poétique et pas comme une poétesse. ..

1)Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Neutre (iel) et Masculin (il).

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Elle s’inscrit dans le cadre de mes démarches médicales et sociales d’affirmation de mon identité de genre

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je me définis comme une personne pratiquant l’écriture poétique et pas comme une poétesse. Néanmoins, j’ai été assigné femme à la naissance, j’ai donc une expérience de sociabilisation qui a des points de similitudes avec l’expérience de femmes.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je ne suppose pas l’identité de genre des personnes que je rencontre, je m’atèle donc à utiliser des verbes et des nom neutres comme “Je pratique l’écriture poétique / cette personne a une pratique artistique” plutôt que d’utiliser des étiquettes d’identification qui de toute façon ne reflètent pas – pour moi personnellement – la complexité de nos expériences. C’est la même chose pour le terme de “militant” ou de “travailleur social” – je ne suis pas “activiste”, je suis engagé dans des activités militantes – il ne s’agit pas de toute ma vie. De même, je ne suis pas travailleur social, je suis engagé dans des activités d’organisation sociale, dans la gestion de projets culturels. Pour conclure, que ce soit pour ma pratique ou pour celle des autres – jusqu’à ce que mon / ma interlocuteur.trice m’indique de lui même / d’elle même quelles sont ses préferences, j’utilise la neutralité et les verbes.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Non – il s’agit d’une valeur qui porte autant ma pratique artistique que mes interactions sociales depuis maintenant plusieurs années.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Il est très important pour moi que l’on parle de ma pratique et pas de mon identité. Il est également essentiel que l’on utilise les pronoms neutres et masculins lorsque l’on me désigne. C’est primordial.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Sansa Ou Ke Mo, Calaba … il s’agit de projet de laboratoire d’écriture et de combat.


Élodie Petit : Oui, je féminise tout ! J’emploie le pronom elle et je rajoute des E. J’aime ce que ça dit d’un monde où les figures féminines décident de leurs désirs et de leurs guerres à mener…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui, je féminise tout ! J’emploie le pronom elle et je rajoute des E. J’aime ce que ça dit d’un monde où les figures féminines décident de leurs désirs et de leurs guerres à mener. Mais aussi d’une collectivité, d’une organisation politique. Je suis contre la neutralité. « Le genre décrit par la grammaire n’est pas avant tout une catégorie grammaticale […]. Il est une catégorie politique »,  M. Wittig.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Je le déteste !

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?J’emploie Poète, pour moi mais aussi pour les auteures que j’aime. Kathy Acker ou Mireille Havet sont des poètes. C’est une manière concrète d’affirmer une place dans un paysage dominé par les hommes. C’est s’approprier un titre. Et c’est beaucoup plus satisfaisant que “poétesse” – j’ai l’impression de me courber sous cette appellation-là.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
J’ai commencé à écrire et à publier dans la revue Nioques (il y a quinze ans) – le terme de Poète a souvent été remis en question par les personnes qui m’entouraient à ce moment-là (Jean-Marie Gleize ou Nathalie Quintane), et j’ai mis longtemps à l’utiliser pour moi. Mais je pense que c’est très français de débattre d’un titre comme celui-là – j’aime l’aura plus populaire qu’on lui donne Outre-Atlantique !

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Non, je m’en fous. Je me considère aussi auteure, artiste, et tellement multiple !

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Je pense que l’on a tendance à se prendre un peu trop la tête, à étiqueter beaucoup (trop) – la langue évolue avec les luttes, elle est vraiment le témoin direct d’un temps politique. Poète, poétesse, auteure, écrivante… Ne perdons pas de vue l’action d’écrire, expérimentons les formes qui dérangent et surtout, restons menaçantes ! En tous les cas, merci à vous d’ouvrir cet espace.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
Claire Finch, étaïn zwer, Rébécca Chaillon, Camille Cornu, Wendy Delorme, Anthedemos, Kathy Acker, Renée Vivien, Monique Wittig


Laure Vazquez : Pour la poésie, je dis poète en général…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
“Elle” dans la vie courante. Dans mes textes, tous les pronoms.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Oui.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Rien de spécial.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?
Je dis que j’écris simplement. Pour les autres, je parle d’autrices ou d’auteures selon comment ça me vient. Pour la poésie, je dis poète en général.

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
Oui, avant je ne disais pas autrice ou auteure. Ça ne fait que quelques années que j’emploie ces mots.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Non.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :
Non.

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…
J’aime bien Ken Bugul, j’aime aussi Jamaica Kincaid par exemple.


 Mawena Yehoussi : J’aime les terminologies neutres…

1) Quel(s) pronom(s) utilisez-vous dans la vie courante, dans vos écrits ?
Elle.

2) L’utilisation de ce(s) pronom(s) a-t-elle donné lieu à une réflexion particulière?
Non.

3) Que pensez-vous du terme “poétesse” ?
Bof.

4) Personnellement, quel terme préférez-vous utiliser pour votre propre pratique ? pour celle des autres ? Pourquoi ?Auteur*e, poète

5) Ce terme est-il le fruit d’une réflexion particulière ? A-t-il changé au fur et à mesure de votre pratique ?
J’aime les terminologies neutres.

6) Accordez-vous de l’importance au fait que l’on utilise spécifiquement ce terme lorsqu’on parle de votre pratique?
Non.

7) Si vous souhaitez ajouter un commentaire :

8) Confiez-nous quelques noms de votre constellation créatrice…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search